Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

Choix de langue

Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

Diffamer et porter atteinte à la réputation

La diffamation, qu’est-ce que c’est? L’atteinte à la réputation peut être commise au travail, dans les documents relatifs aux procédures judiciaires, sur Internet – en fait, partout!

sxc_bonhommes_conversation_1038123_37466185_red

http://blogue.soquij.qc.ca/2015/04/22/diffamer-et-porter-atteinte-la-reputation-peut-couter-cher/?fb_ref=Default&fb_source=message

Les articles 3 et 35 du Code civil du Québec(C.C.Q.) reconnaissent le droit de toute personne à sa réputation. De plus, l’article 4 de la Charte des droits et libertés de la personne prévoit que toute personne a droit à sa dignité, à son honneur et à sa réputation. En outre, la jurisprudence a reconnu que le droit à la réputation est d’une importance primordiale pour toute personne physique ou morale et que le droit à la liberté d’expression n’est pas un droit absolu et comporte des limites (Pelletier c. Séguin).

La Cour d’appel a défini la diffamation comme étant «la communication de propos ou d’écrits qui font perdre l’estime ou la considération de quelqu’un ou qui, encore, suscitent à son égard des sentiments défavorables ou désagréables».

La Cour suprême a fait ressortir trois situations où la responsabilité est engagée à la suite de paroles diffamantes, soit :

  • lorsque la personne prononce des propos désagréables sur une autre en les sachant faux, par méchanceté, avec l’intention de nuire;
  • lorsque la personne diffuse des choses désagréables sur autrui qu’elle devrait savoir fausses; ou
  • lorsque la personne médisante tient, sans justes motifs, des propos nuisibles mais véridiques.

Que faire si mon entreprise est victime de diffamation?

Au Québec, le recours en diffamation repose sur le régime général de la responsabilité civile (art. 1457 C.C.Q.). Par conséquent, pour avoir gain de cause, le demandeur doit démontrer l’existence d’une faute, d’un préjudice et d’un lien de causalité entre ces deux éléments.

Par exemple, dans un jugement de la Cour supérieure rendu en 2012, le juge a ordonné à deux ex-employés et actionnaires d’une société à verser à l’ex-président-directeur général et également actionnaire de celle-ci des dommages moraux et punitifs en raison de l’atteinte à la réputation dont il a été victime, estimant que les trois éléments mentionnés plus haut avaient été démontrés.

Dans un autre jugement, le juge a ordonné au défendeur de ne pas diffamer ni calomnier l’entreprise demanderesse, Couche-Tard, ses administrateurs, ses dirigeants, et tout particulièrement son président de même que ses employés.

La jurisprudence regorge également de cas où des personnes physiques ou morales sont condamnées à verser une indemnité à un concurrent pour avoir porté atteinte à sa réputation (par exemple, Massé c. Tremblay et Raymond Lasalle inc. c. Équipements G. Gagnon inc.).

Et concernant les médias sociaux?

À la lumière de la jurisprudence, les tribunaux désapprouvent l’utilisation de Facebook à des fins de défoulement. En fait, les médias sociaux ne sont pas une plateforme où l’on peut dire n’importe quoi sur n’importe qui sans engager sa responsabilité et de nombreuses décisions quant à la diffamation et aux atteintes à la réputation sur Facebook le prouvent (Dupuis c. Misson, Lapensée-Lafond c. Dallaire,Rankin c. Rankin, Lapointe c. Gagnon, Carpentier c. Tremblay et, plus particulièrement, l’affaireLapierre c. Sormany).

Puis-je obtenir des dommages-intérêts?

Tel que nous l’avons souligné dès le départ, l’atteinte à la réputation peut survenir n’importe où. Récemment, la Cour d’appel a confirmé une décision de la Cour supérieure dans laquelle le juge avait accordé 50 000 $ à titre de dommages moraux et 75 000 $ à titre de dommages punitifs.

Les sommes accordées par les tribunaux varient selon les cas. Par exemple, dans un jugement récent, la personne diffamée contre qui des propos diffamatoires ont été tenus dans les médias a eu droit à plus d’un million de dollars.

Aujourd’hui, les gens utilisent beaucoup Internet pour porter atteinte à la réputation d’un tiers et les tribunaux n’hésitent pas à accorder des indemnités importantes aux victimes.

En somme, il faut retenir que la liberté d’expression n’est pas absolue, n’entraîne pas la liberté de tout dire et s’arrête là où commence la diffamation (Rawdon (Municipalité de) c. Solo).

Source: Me Julie Pomerleau, conseillère juridique, SOQUIJ, 2015.

Références

  • Pelletier c. Séguin*(C.S., 2015-01-27), 2015 QCCS 242, SOQUIJ AZ-51145683, 2015EXP-730, J.E. 2015-380.
  • Société Radio-Canada c. Radio Sept-Îles inc.(C.A., 1994-08-01), SOQUIJ AZ-94011764, J.E. 94-1286, [1994] R.J.Q. 1811, [1994] R.R.A. 444 (rés.).
  • Prud’homme c. Prud’homme(C.S. Can., 2002-12-20), 2002 CSC 85, SOQUIJ AZ-50156257, J.E. 2003-123, [2002] 4 R.C.S. 663, [2003] R.R.A. 2 (rés.).
  • Raymond c. Aéro-Photo (1961) inc.* (C.S., 2012-04-12), 2012 QCCS 1535, SOQUIJ AZ-50848190, 2012EXP-1817, 2012EXPT-964, J.E. 2012-962, D.T.E. 2012T-316, [2012] R.J.Q. 817, [2012] R.J.D.T. 413
  • Couche-Tard inc. c. Abitbol*(C.S., 2012-06-14), 2012 QCCS 5379, SOQUIJ AZ-50906846, 2012EXP-3999, J.E. 2012-2134.
  • Massé c. Tremblay* (C.S., 2011-06-29 (rectifié le 2011-08-09)), 2011 QCCS 3735, SOQUIJ AZ-50772557, 2011EXP-2526, J.E. 2011-1411
  • Raymond Lasalle inc. c. Équipements G. Gagnon inc. (C.S., 2009-03-05), 2009 QCCS 935, SOQUIJ AZ-50543611, J.E. 2009-644, [2009] R.R.A. 627 (rés.)
  • Dupuis c. Misson(C.Q., 2014-11-18 (rectifié le 2015-02-26)), 2014 QCCQ 11472, SOQUIJ AZ-51127939, 2015EXP-151, J.E. 2015-77.
  • Lapensée-Lafond c. Dallaire(C.Q., 2014-12-10), 2014 QCCQ 12943, SOQUIJ AZ-51140601, 2015EXP-510, J.E. 2015-263.
  • Rankin c. Rankin (C.Q., 2014-09-10), 2014 QCCQ 8981, SOQUIJ AZ-51110969, 2014EXP-3226, J.E. 2014-1838.
  • Lapointe c. Gagnon(C.Q., 2013-01-15), 2013 QCCQ 923, SOQUIJ AZ-50937509, 2013EXP-1018, J.E. 2013-556.
  • Carpentier c. Tremblay(C.Q., 2013-01-14), 2013 QCCQ 292, SOQUIJ AZ-50930379, 2013EXP-773, J.E. 2013-419.
  • Lapierre c. Sormany(C.S., 2012-09-06), 2012 QCCS 4190, SOQUIJ AZ-50892201, 2012EXP-3326, J.E. 2012-1779.
  • Immeubles HTH inc. c. Plaza Chevrolet Buick GMC Cadillac inc.*(C.A., 2015-02-06), 2015 QCCA 228, SOQUIJ AZ-51148031, 2015EXP-631, J.E. 2015-326.
  • Immeubles HTH inc. c. Plaza Chevrolet Buick GMC Cadillac inc.*(C.S., 2012-11-29), 2012 QCCS 6097, SOQUIJ AZ-50918681, 2013EXP-464, J.E. 2013-242, [2013] R.J.Q. 140.
  • Kanavaros c. Artinian(C.S., 2014-10-14), 2014 QCCS 4829, SOQUIJ AZ-51115240, 2014EXP-3262, J.E. 2014-1853.
  • Rawdon (Municipalité de) c. Solo* (C.S., 2008-09-23 (rectifié le 2008-10-01)), 2008 QCCS 4573, SOQUIJAZ-50514660, J.E. 2008-2099, [2008] R.R.A. 1094 (rés.).