Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Détention abusive et gestion irresponsable des enfant du Québec !

Des enfants mis en grave danger de compromission délibérément !

http://centres-jeunesse.kazeo.com/Articles-sur-la-DPJ,r294077.html

  • Les enfants sont internés, délibérément et de manière répétée, sous la garde de personnes avec des antécédents d'alcoolisme, de dépendance aux drogues et/ou de violence (je parle surtout des familles d'accueils choisies par la DPJ). Les enfants qui développent la dépendance aux drogues, souvent vers l'âge de 10 ans, sont ensuite transférés à des centres de détention.
  • Jusqu'à 12 enfants son hébergés dans une "famille d'accueil", parfois dans le sous-sol. Souvent il n'y a qu'un adulte monoparental, avec aucune formation, pour les surveiller. La drogue y est facilement accessible.
  • Les enfants qui ont développé la dépendance aux drogues en internat ne reçoivent pas d'aide à la désintoxication.
  • La situation et les conditions des enfants sont délibérément cachées aux parents, et présentées de manière incomplète aux juges (qui l'acceptent). Ceux-ci inventent toujours des faux-rapports pour caché leurs abus.
  • Les sentences des tribunaux sont ignorées ou interprétées à leur guise par les fonctionnaires de la DPJ. .
  • La Charte Internationale des droits des enfants des Nations Unies est systématiquement ignorée.
  • Tout contact avec les enfants, direct ou indirect par le biais de la famille proches ou amis, est refusé pendant des mois ou des années. Une fois épuisés, émotionnellement et financièrement, les parents seront offerts des visites, sous condition de renoncer à la garde légale de leurs enfants. Alors, ces enfants seront affichés comme "abandonnés" dans les rapports du DPJ, sans compté que ceux-ci perdrons par la suite tout contact avec leur famille.
  • Les parents sont menacés par les juges s'ils tentent d'établir un contact avec leurs enfants. (contreviennent aux conditions)
  • Les parents dont les enfants ont été retirés sont eux-mêmes menacés de poursuites judiciaires et on les force de payer l´état pour la détention de leurs enfants. (la prise, l'internement et l'abus des enfants et de leurs parents sont présentés comme un service public)