Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Faudra-t-il kidnapper mon neveu?

(La Tuque) L'histoire d'un jeune garçon, sous la protection de l'État jusqu'à son 18e anniversaire, soulève les passions ces jours-ci dans la communauté atikamekw de Wemotaci. L'enfant serait victime de négligence au sein de sa famille d'accueil à La Tuque selon des membres de sa famille qui tentent d'obtenir sa garde. Et ils sont prêts à tout pour l'avoir.

Gabriel Delisle
Publié le 22 mars 2011

http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/justice-et-faits-divers/201103/22/01-4381759-faudra-t-il-kidnapper-mon-neveu.php

Si bien que sa grand-mère ainsi que sa tante se sont fait arrêter par la Sûreté du Québec vendredi alors qu'elles tentaient de prendre des photographies du jeune garçon pour prouver leurs allégations de mauvais traitements et de racisme. Les deux femmes ont été appréhendées par la police et pourraient faire face à des accusations d'enlèvement d'un enfant.

«Notre arrestation a été un mal pour un bien. Je remercie la personne qui a porté plainte disant que deux femmes voulaient enlever un enfant. Ça ne peut que nous aider compte tenu de la lenteur du système!» a écrit la tante du jeune garçon hier sur la page Facebook du groupe qui a été créé afin de parler de la situation du garçon et qui compte déjà plus de 1100 membres. Les parents du garçon n'ont plus la garde légale de l'enfant depuis plus d'un an.

«J'irai jusqu'au bout de mes convictions, je suis prête à y laisser ma peau, s'il faut rapatrier un enfant à la fois au nom de tous ceux qui rêvent un jour de revoir leurs parents ou leur famille immédiate», a aussi publié sa grand-mère en réponse à son arrestation.

Comparution le 16 mai

Les deux femmes comparaîtront le 16 mai prochain au palais de justice de La Tuque. D'ici là, les enquêteurs de la SQ étudient le dossier. «L'enquête est toujours ouverte. Il est toutefois trop tôt pour déterminer si elles feront face à des accusations», explique le porte-parole de la SQ, le sergent Louis-Philippe Ruel.

Un appel à la manifestation a d'ailleurs été lancé pour cette journée afin de dénoncer ce qu'elles considèrent être des abus de la Loi sur la protection de la jeunesse et des services sociaux responsables de sa mise en application.

La plus jeune des deux femmes a expliqué avant son arrestation la semaine dernière, en entrevue au journal Le Nouvelliste, les raisons qui les poussent, elle et sa mère, à demander au tribunal la garde de l'enfant. Elle n'excluait pas, à ce moment, d'aller elle-même chercher le jeune garçon pour le ramener à Wemotaci.

«Si l'injonction ne fonctionne pas, faudra-t-il kidnapper mon neveu et aller le cacher sur la communauté? La SQ et la Direction de la protection de la jeunesse sont des systèmes provinciaux alors que nous, nous sommes de juridiction fédérale», disait-elle croyant que le statut de réserve autochtone la protège contre d'éventuelles accusations criminelles. Elle a d'ailleurs publié sur le site Facebook un commentaire similaire.

Victime de négligence?

«Je n'ose pas trop le dire, mais si ça ne marche pas nous allons devoir aller le chercher», a-t-elle ajouté.

Les deux femmes sont convaincues que leur petit-fils et neveu est victime de négligence. Elles tentent depuis des semaines de faire entendre leurs craintes auprès de l'autorité concernée. «On nous demande toujours si nous avons des preuves directes. Ce que nous n'avons pas», explique une des deux femmes.

C'est d'ailleurs ce manque de preuves directes qui a poussé la mère et la fille à aller prendre des photos du jeune garçon à la sortie de l'école vendredi. «On nous dit toujours que le dossier n'est pas assez urgent, pas assez grave et que nous n'avons pas de preuves», lance l'une d'elles.

Les deux femmes soutiennent avoir voulu prendre des photographies qui démontreraient qu'il est victime de négligence. C'est à ce moment que des agents de la SQ les ont interpellées. Les deux femmes ont finalement été relâchées très tôt samedi matin.

Selon elles, la famille d'accueil nommerait le jeune garçon «le sauvage» plutôt que par son nom. «Elle dénigre ses origines autochtones. Elle ne veut pas que les enfants atikamekws parlent leur langue maternelle», affirme la tante du jeune garçon.

L'histoire de cet enfant soulève littéralement les passions. Déjà, 200 personnes ont signé une pétition via le groupe sur Facebook qui demande le retrait de l'enfant de sa famille d'accueil. Des messages d'encouragement destinés aux deux femmes fusent de toutes parts, particulièrement depuis leur arrestation de vendredi dernier.