Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

la négligence mineure ou potentielle au banc des accusés

Les directeurs de la protection de la jeunesse (DPJ) ont enregistré une augmentation de signalements de mauvais traitement envers des enfants partout en province, mais pas en Mauricie où cette statistique a diminué en 2009-2010.

Publié le 25 Novembre 2010

Marie-Ève Bourgoing-Alarie

http://www.lhebdodustmaurice.com/Soci%C3%A9t%C3%A9/Famille/2010-11-25/article-1994386/DPJ-la-negligence-au-banc-des-accuses/1

Le Centre jeunesse de la région note cependant un taux de signalement par 1000 jeunes plus élevé que la moyenne nationale. «Cela signifie que 7% de la population jeunesse des régions Mauricie et Centre-du-Québec a été signalée, versus 4,8% si l’on se réfère à la moyenne provinciale», souligne Dominic Lafrance, directeur de la protection de la jeunesse et directeur provincial.

Les statistiques sont encore plus alarmantes sur le territoire desservi par le CSSS de l’Énergie puisque localement, ce 8,9% des jeunes de moins de 18 ans qui ont été signalés. C'est-à-dire que 812 signalements ont été enregistrés sur une population jeunesse de 9141 personnes. Par contre, seulement 301 de ces signalements ont été retenus, ce qui équivaut en terme de pourcentage presque à celui de la moyenne provinciale.

«On peut croire que les enfants en Mauricie et au Centre-du-Québec sont plus en difficulté et c’est sûr que certains facteurs sociaux et économiques contribuent à une augmentation des cas. Mais cela peut aussi vouloir dire que la région est simplement plus sensibilisée et dénonce davantage ce type de situation pour aider les enfants en grande difficulté», poursuit Dominic Lafrance.

Des parents négligents

Du nombre de cas dénoncés à la DPJ en Mauricie et au Centre-du-Québec, 42% (1036 cas) concernent des actes de négligence envers des enfants principalement âgés de 0 à 11 ans.

«La négligence, ce n’est pas ce que l’on fait à un enfant, mais plutôt ce qu’on ne lui fait pas. Donc, c’est de ne pas lui donner de soins particuliers, ne pas l’accompagner dans ses devoirs et leçons, ne pas s’assurer d’une tenue vestimentaire adéquate chaque saison, c’est finalement ne pas être présent et ce qui fait en sorte que l’enfant s’installe dans un mode de vie différent de celui des autres», explique M. Lafrance.

L’appellation inclut également les mauvais traitements psychologiques et le risque sérieux de négligence et d’abus physiques et sexuels. Le développement de l’enfant peut être affecté par un manque d’habileté sociale et une forme de marginalisation risquant de mener à des problèmes de comportement une fois à l’adolescence.

http://www.lhebdodustmaurice.com/Societe/Famille/2010-11-25/article-1994386/DPJ%3A-la-negligence-au-banc-des-accuses/2

«Lorsqu’on doit intervenir, on ressent beaucoup de colère chez les parents, mais derrière cette colère se cache souvent la peur: la peur de se faire juger comme parents, la peur de perdre la garde de son enfant», soutient Monique Gévry, adjointe aux DPJ.

Délinquance et adoption

En plus du dossier de la négligence, les DPJ entendent suivre de près les travaux en lien avec la modification au régime d’adoption afin qu’il soit plus conforme à la réalité d’aujourd’hui.

Le nouveau régime ferait la distinction entre les différentes sortes d’adoption tout en proposant des règles de confidentialité adaptées. La délinquance est également un cheval de bataille des centres jeunesse, surtout que le gouvernement souhaite durcir la loi, ce que dénoncent les DPJ.

«Je pense que ce mouvement dans la loi n’est fait que pour le paraître et créer une fausse sécurité publique, alors que la réinsertion sociale a fait ses preuves», affirme M. Lafrance. «La loi actuelle permet la mesure de restrictions dans certaines situations. Et puis, nous sommes une des provinces affichant le plus bas taux de criminalité chez les adolescents. Je crois donc que notre travail actuellement est profitable et donne de bons résultats», ajoute-t-il sans toutefois pouvoir amener une statistique pour appuyer ses dires.