Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Les parents refusent de collaborer

De peur que l'enfant soit kidnappé par la DPJ, Les parents d'une fillette disparue refusent de collaborer

Des policiers de Repentigny peinent à résoudre la disparition d’une fillette d’origine haïtienne parce que ses parents refusent de collaborer avec les enquêteurs.

Écrit par Louis Mathieu Gagné
Vendredi, 08 mai 2009 15:58
Mise à jour le Vendredi, 08 mai 2009 23:01

http://www.ruefrontenac.com/nouvelles-generales/faitsdivers/5028-lmgagne-fillette-disparue

Tailor Kenol, 9 ans, manque à l’appel depuis le 9 février, date à laquelle la direction de son école a signalé sa disparition. Malgré tous les efforts qu'ils déploient, les policiers n'arrivent pas à voir clair dans ce nébuleux dossier. C'est que le père de la petite Tailor n’offre aucune collaboration aux policiers pour que ceux-ci parlent à sa fille, qu’il dit être retournée en Haïti auprès de sa mère.

Quant à la mère, elle refuse également de collaborer. Les enquêteurs n'ont aucune preuve que la fillette est bel et bien en Haïti. L’état de santé tant psychologique que physique de l’enfant demeure donc inconnu des policiers.

Devant ces faits, un mandat a été lancé par un juge de la Cour du Québec afin que la fillette soit conduite à un représentant de la direction de la protection de la jeunesse pour éliminer tout doute de maltraitance à son endroit.