Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

L’état de santé des mineurs en centre jeunesse inquiète

Problèmes de santé physique et psychologique, tendances suicidaires et automutilation, dépendance aux drogues et à l’alcool... La santé des jeunes hébergés en centre jeunesse est plus fragile que celle des autres jeunes, révèle une étude.

«C’est encore plus catastrophique que l’on pensait», lance le Dr Yves Lambert.

CA_IsabelleMaher

Mardi, 24 mars 2015 22:18 MISE à JOUR Mardi, 24 mars 2015 22:22

http://www.journaldemontreal.com/2015/03/24/letat-de-sante-des-mineurs-en-centre-jeunesse-inquiete

jeunes drogues alcool

PHOTO FOTOLIASelon l’étude, près de la moitié des jeunes vivant en centre jeunesse ont un problème grave d’alcool ou de drogue.

Médecin en centre jeunesse depuis 10 ans, l’homme est coauteur d’une étude menée auprès de 315 adolescents de 14 à 17 ans hébergés dans sept centres jeunesse.

Les résultats ont été obtenus à partir d’un questionnaire rempli par les jeunes, qui ont par la suite subi un examen médical.

Ainsi, on apprend que plus de neuf adolescents sur dix hébergés en centre jeunesse présentent au moins un problème de santé et que 55 % ont plus de quatre problèmes.

Un mot pour décrire cette clientèle: «souffrante», résume le Dr Lambert.

«Ils sont abusés, négligés, “maganés”», décrit-il.

Ces jeunes vivent des situations complexes, beaucoup de violence, de la maladie mentale, des troubles de personnalité limite, des troubles de consommation ou d’attachement, confie le médecin.

Pire que les autres

La situation des adolescents hébergés en centre jeunesse n’a rien à voir avec celle des autres jeunes, décrit l’auteur de l’étude.

La consommation problématique d’alcool et de drogue des jeunes en centre jeunesse atteint 45 %, alors que les pires cas dans la population en général représentent 5 % des jeunes.

Même phénomène en ce qui concerne le suicide. Les jeunes qui vivent en centre jeunesse tentent de mettre fin à leurs jours presque trois ou quatre fois plus que les autres adolescents, observe-t-il.

Manque de soins

De la quinzaine de médecins qui travaillent dans les centres jeunesse, le Dr Lambert est le seul à le faire à temps plein.

«On n’est pas capable de voir tout le monde. Ces jeunes deviennent donc de grands consommateurs de nos urgences», observe-t-il.

On devrait porter une plus grande attention à la santé des adolescents hébergés en centre jeunesse, ce qui n’est pas le cas actuellement, tranche Yves Lambert. «Les problèmes psychosociaux de ces jeunes entraînent des problèmes de santé, et ça, ce n’est pas encore reconnu.»

Malgré un bilan de santé plutôt sombre, le médecin est convaincu qu’avec des soins appropriés, ces jeunes peuvent espérer s’en sortir.

«On peut changer les choses», conclut-il.


Des adolescents fragiles

  • 92 % des jeunes hébergés en centre jeunesse présentent au moins un problème de santé
  • 69 % souffrent d’une maladie chronique
  • 57 % ont des problèmes d’alcool ou de drogue
  • 33 % des filles et 19 % des garçons ont fait une tentative de suicide dans les 12 derniers mois
  • 48 % des filles ont une sexualité à risque
  • 29 % des filles et 18 % des garçons s’automutilent

Source: Étude menée pour le compte de l’Association des centres jeunesse du Québec