Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

L'humanité québécoise parle et pourquoi

L’HUMANITÉ QUÉBÉCOIS PARLE! 5

Publié le 7 juin 2013 par lapenserdupenseur

Cinq!

qc

L’HUMANITÉ QUÉBÉCOIS PARLE

ET

POURQUOI?

Tout ce qui est dit aujourd’hui, est dit avec tact et vérité et que l’humanité politique de notre gouvernement est bien la cause de ce problème et elle veut la continuer pour un autre 40 an pour nourrir l’économie sur le dos de nos enfants et mettre en péril la vie familiale!

Voici ce qu’ont dit depuis René Lévesque jusqu’à Marois qui encourage ce crime direct de leur bunker depuis les années 70 :

run

C’est bien vrai!

- Enlever un enfant à sa famille est le pire des crimes !! On ne peut jamais faire le deuil d’un enfant kidnappé par cette institution d’autant plus qu’il reste vivant mais inaccessible !!!

Lorsque ces pauvres enfants arrivent dans les lieux de placement, ils sombrent en général dans un profond désespoir et développent rapidement des troubles du comportement qui ne feront que s’aggraver jusque dans leur vie d’adulte. Pour eux, c’est un véritable cercle vicieux de tragédies qui s’enclenche dès l’instant où ils sont arrachés à leur famille. Les conséquences d’un placement sur la santé des enfants et des adultes sont reconnues par l’OMS, dans la CIM 10 (répertoire des maladies de l’OMS), dans la catégorie qui concerne l’enfance malheureuse.

Cette mécanique redoutable qui s’enclenche le jour de leur placement va conduire peu à peu ces pauvres enfants vers la psychiatrie, la délinquance, la toxicomanie et la prostitution. Les placements d’enfants sont en réalité des usines à victimes. Coupés de leurs parents protecteurs et de leurs liens affectifs, ces enfants se retrouvent démunis, fragilisés voire détruits, devenant ainsi des victimes idéales pour les multiples agresseurs potentiels qui croiseront leur route.

Dans ces conditions-là, comment ose-t-on encore parler de bien-être de l’enfant et d’intérêt de l’enfant ? Le pire dans tout cela, c’est que le désespoir et les troubles du comportement engendrés par le placement vont servir de justification aux autorités ayant décidé de son placement : « Vous voyez, cet enfant va très mal, nous avons bien fait de le placer ! ».Or c’est le placement lui-même qui a créé des troubles mentaux, de la délinquance, de la toxicomanie, etc.

-Les citoyens au Québec vivent dans la peur et menace perpétuelles, aucun garde-fou, aucune probabilité de voir une plainte de police aboutir, les familles et enfants sont livrés à leur bourreaux sans aucune possibilité de leur venir en aide, Voilà 4 mois qu’une PLAINTE DE VOIE DE FAIT D’UN INTERVENANT DU DPJ SUR UN PETIT ENFANT en présence de trois témoins et vidéo a l’appui a été étouffée , s’en est suivi UNE PLAINTE POUR ABUS SEXUEL SUR LE PETIT ENFANT, affaire classée sans suite, un premier évènement de police AVEC RAPPORT DE 2 POLICIERS DUMENT ÉTABLI suite intervention d’urgence au domicile du parent, concluant a un risque de danger réel du petit enfant avec son parent gardien ( surdose de médication, parent protégé du DPJ) a été comme de bien entendu bloqué, le processus en criminel interrompu par le DPJ, tous les protagonistes en autorité sont au courant de ces graves incidents et du risque encouru par ce petit enfant dont la mère est prise à partie par cet intervenant du DPJ qui clame haut et fort être plus puissant que LE JUGE continuant à torturer cette mère en toute impunité, il faut se rendre à l’évidence que la toute puissante DPJ est au-dessus de la LOI, DES JUGES, ‘’LEURS AVOCATS ENTITÉ INDEFECTIBLE’’ FAISANT FOI DE LOI AU QUÉBEC.

- Il nous faut fonder notre propre parti ou se présenter comme candidat indépendant, comme je vous l’ai dit! Tous les partis actuels sont infestés des psychopathes DPJien pour s’assurer qu’aucune enquête ne vienne freiner ce système criminel protégé d’enlèvement, de trafic et d’exploitation d’enfant et juger c’est criminel à vie!

-Les dossiers d’horreur s’empilent autour de la DPJ, aucune réaction de notre gouvernement, ni de nos élus, ni des médias traditionnels, après la publication du documentaire "Les Voleurs d’enfance" de Paul Arcand en 2005, on aurait pensé que le gouvernement s’empresserait de faire le ménage et y passer le bon vieux bulldozer libéral pour proposer une alternative. Plus de 5 ans plus tard, on peut constater que le bulldozer en question a frappé partout au Québec, mais a épargné le Département de Protection de la Jeunesse (DPJ. Nous parents, grands-parents, familles élargie demandons intervention urgente de nos institutions pour faire cesser les abus, perpétrées par le DPJ à l’ endroit des familles et enfants Québécois.

-Plusieurs intervenantes son aussi famille d’accueil qui son affilié avec Montréal, Laval et en Montérégie. Plus ils ont le droit d’adopter les enfants même si ils travails dans des centre jeunesse.

-Nous demandons une enquête publique indépendante sur la DPJ. Nous avons reçu des milliers de témoignages d’enfants, d’ex enfants et de parents de la DPJ venus confirmer l’infime pointe de l’iceberg de l’enfer vécu dans les centres jeunesse et dans les familles d’accueil de ce système antidémocratique, antifamilial. Des enfants qui passent des semaines dans des salles d’isolement, qui sont abusés physiquement, psychologiquement et sexuellement et qui y consomment des drogues et alcool et sont recrutés ou recrutent pour la prostitution juvénile démontrent l’échec de la DPJ. Des études menées par deux chercheures en droit démontrent que 90% des enfants ne devraient pas se retrouver en centre jeunesse.

-Si vous saviez tout ce qui se cache derrière les procès à huis-clos certains fonctionnaires en rougiraient de hontes de voir tous leurs mensonges dévoilés au grand jour, Une Enquête public sur toute cette corruption derrière leur symbolique angélique, découvrons collectivement où s’évanouissent des millions de dollars, découvrons la face cachée de Janus. En référence à l’ouvrage de M. Bernard Favreau, Janus, l’autre visage du système québécois de la protection de la jeunesse. À lire absolument.

-La souffrance de l’enfant séparé de ses parents…

L’enfant aime de manière innée. La séparation du lien enfant-parent quand il s’opère est la première déchirure. Si la souffrance de l’enfant est négligée et qu’elle est intense par le fait d’une exclusion parentale, l’enfant va apprendre à se durcir, à ne plus aimer. S’il est entraîné dans un conflit de loyauté (aliénation parentale), il intégra sa souffrance d’une manière pathologique : destructrice de sa psychologie, de son identité, voire de sa santé mentale. C’est parce qu’elle est muette, qu’elle permet plus facilement à un parent pervers de nier la réalité de la souffrance de l’enfant.<< Cette souffrance peut se manifester à travers plusieurs signes : angoisses, tristesse, dépression, difficultés scolaires, troubles de la concentration, affections psychosomatiques, repli, agressivité notamment à l’adolescence….Priver un enfant de sa double filiation, c’est le priver d’une partie de lui-même, l’amputer d’une partie de son histoire, et in fine, c’est rendre, parfois, encore plus importante cette partie qui lui manque et qui le hante d’autant plus…

- La DPJ est une industrie au comportement purement criminel, qui malgré les milliards de fond publiques qui lui sont alloué, ne se vente pas des bienfaits qu’elle prodigues, mais plutôt des expertises sur les traumatismes grave et permanents qu’elle provoque à tous ceux qu’elle prétend aider, conseiller ou assister.

-Aucune ordonnance de juges n’est respectée par le DPJ , une intervenante du DPJ décide de la destinée de toute une famille, se substituant au juge de la Cour Supérieure pour changer les jugements de garde d’enfants sous les auspices de leurs avocats et avocats de l’enfant dédié qui très souvent occupe le même bureau du contentieux DPJ " Les Appels déguisé après cour" (garde d’enfant) se font par le biais du DPJ, au risque d’hypothéquer a jamais le développement d’un enfant…Complots, Fraude ,Stratagèmes, faux diagnostics: A qui profite le crime !… Nébuleuse tentaculaire !….l’étude de la chercheuse Marie Jacob révèle que 42% des signalements au DPJ sont retenus, pas nécessairement parce qu’il y a compromission d’enfants, mais dans des confis de garde, or la cour du Québec n’a pas compétence en matière de garde, ‘’Un Des chéneau’’ devrait investiguer la dedans car définitivement le barreau du Québec ne protège pas le public , les avocats du DPJ sont assurés d’impunité :P arjures, malversation, trafic d’influence, entrave à la justice, un véritable ‘’NOMANSLAND’’ Les juges ne font que s’exécuter au risque de se voir harceler voire demis de leur fonction…

-Sans scrupule, les Services de Protection de l’Enfance enlèvent les enfants de leur foyer, de leurs parents, grand parents et famille en se servant d’excuses déraisonnables et ignobles afin de les offrir à des familles d’accueil ou en adoption.

Cette cruauté absurde et cette brutalité doivent cesser à l’instant!

-N’oublions pas que c’est justement cette Pauline Marois qui a mis en place cette mafia étatique et qu’elle a clairement dit ne pas vouloir tenir compte des plainte compte tenu qu’il s’agissait d’un offre de service non volontaire ni désiré.