Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

Choix de langue

Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

Pierre Lapointe, agression sexuelle

(Shawinigan) Un homme de 47 ans de Shawinigan, Pierre Lapointe, a été formellement accusé hier, au palais de justice de Shawinigan, de multiples crimes à caractère sexuel. Entre 1990 et 2009, l'individu aurait agressé sexuellement deux jeunes filles qui n'avaient que 5 ans au début des gestes reprochés.

www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/actualites/200911/13/01-921278-dix-accusations-de-nature-sexuelle-pour-pierre-lapointe.php

Sans antécédents judiciaires récents, l'homme aurait ainsi assouvi ses fantasmes sexuels à sa résidence de Shawinigan. Fait à noter, ce ne sont pas les jeunes filles, aujourd'hui adultes, qui ont porté plainte au départ. En fait, ayant appris qu'une enquête était menée à son sujet, Lapointe aurait décidé d'aller lui-même rencontrer la police pour savoir ce qui se passait.

Une première étude des informations obtenues par la SQ du poste de Shawingan a conduit Me Louis-Charles Bal, procureur aux poursuites criminelles et pénales, à demander un complément d'enquête. C'est alors qu'une deuxième présumée victime s'est manifestée.

À la lecture des dix chefs d'accusation déposés hier, Pierre Lapointe est accusé dans un des cas d'incitation à des contacts sexuels (entre l'âge de 5 et 7 ans et entre l'âge de 13 à 14 ans), d'attouchements sexuels (entre 13 et 18 ans), de relations sexuelles anales (entre 14 et 18 ans), d'agressions sexuelles (entre 5 et 7 ans et entre 12 et 24 ans).

Pour la seconde victime alléguée, les accusations sont celles d'incitation à des contacts sexuels, d'attouchements sexuel et d'agression sexuelle entre l'âge de 5 et 9 ans.

Pierre Lapointe a été conduit devant un juge de paix hier après-midi au palais de justice de Shawinigan. Me Catherine Lacoursière, procureure aux poursuites criminelles et pénales, a consenti à remettre l'individu en liberté à la condition qu'il n'entre pas en contact avec les victimes et qu'il ne soit pas en présence de personnes de moins de 16 ans sauf si celles-ci sont accompagnées d'un adulte. Il a dû également offrir une garantie financière de 1000 $ mais sans dépôt.

L'enquête préliminaire a été fixée au 21 janvier.

À la sortie de la salle d'audience, Me Alain Blanchard, le procureur de Lapointe, a confirmé une information à l'effet que son client avait déjà tenu une résidence d'accueil pour des enfants référés par la direction de la protection de la jeunesse (DPJ).

«Il semblerait que ce soit le cas», a-t-il dit. Selon l'avocat, Pierre Lapointe mesure très bien la gravité des gestes qu'on lui reproche. Aucune des victimes alléguées n'était présente au moment de la comparution.

---Encore une fois, l`on constate malheureusement qu`aucune accusation n`est portée contre les employés de la DPJ, ni contre les juges du tribunal de la jeunesse qui fournissaient enfants et argent à ce pervers.