Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Psychiatres sous influence

Les psychiatres appelés à témoigner devant les tribunaux s’inquiètent du fait que des avocats leur demandent de modifier leur rapport d’évaluation pour les aider à gagner un procès.

10 mar. 2014 par Premium content image

Photo : iStockphoto

Photo : iStockphoto

http://www.lactualite.com/societe/psychiatres-sous-influence/

Les psychiatres appelés à témoigner devant les tribunaux s’inquiètent du fait que des avocats leur demandent de modifier leur rapport d’évaluation pour les aider à gagner un procès.

Plus du tiers des experts psychiatres ont déjà vécu une telle situation, a découvert l’Association des médecins psychiatres du Québec lors d’un sondage mené auprès de ses membres. Dans 53 % des cas, les modifications demandées nuançaient l’opinion du psychiatre de façon minimale ; dans 36 % des cas, elles portaient sur la structure même du rapport.

« C’est inquiétant, parce qu’en inversant des paragraphes, on peut donner plus de poids à un argument qu’à un autre », dit Karine J. Igartua, présidente de l’Association.

Plus troublant encore, dans 5 % des cas, les avocats ont clairement demandé aux médecins experts de modifier leur opinion. « Ce n’est pas fréquent, heureusement. Mais l’expertise devrait être indépendante et imperméable à ces stratégies », ajoute la Dre Igartua.

L’Association des médecins psychiatres du Québec réclame que ce soit le juge, et non les avocats, qui mandate les experts et reçoive leurs conclusions, de façon à préserver leur indépendance.