Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Suicide au Centre jeunesse Mont St-Antoine

Quarante-huit heures après qu'il ait reçu son congé de l'hôpital à la suite d'une première tentative de suicide, un adolescent de 17 ans s'est enlevé la vie alors qu'il était hébergé au centre jeunesse Mont St-Antoine à Montréal, une situation vivement dénoncée par sa famille. Une enquête du coroner a été ouverte.

Julie Marcoux, TVA Nouvelles

http://tvanouvelles.ca/lcn/montopo/photo/archives/2011/03/20110318-161149.html

Jugeant que la détresse de l'adolescent a été sous-évaluée, un membre de sa famille a voulu dénoncer les événements tragiques à Mon Topo. «Il ne faut plus jamais que les mêmes erreurs ne se reproduisent», affirme un proche à tvanouvelles.ca, encore atterré par les événements.

Tentative de suicide

Deux jours avant de commettre l'irréparable, soit le samedi 5 mars, l'adolescent avait tenté de mettre fin à ses jours en avalant une vingtaine de comprimés d'un médicament.

Il a été admis à l'hôpital Saint-Luc, où il a reçu son congé le lendemain matin, après avoir été examiné par un psychiatre.

Chambre d'isolement

À son retour au centre jeunesse, le jeune a été conduit dans une chambre d'isolement, dénudée de tout objet, où la surveillance est accrue, pour tenter de le protéger contre lui-même.

Après deux jours d'isolement (Qui est reconnu comme étant de la torture), l'adolescent a été examiné par un spécialiste du centre jeunesse. Jugeant que le jeune se portait mieux, il a été transféré dans une pièce où la surveillance est moindre.

Peu de temps après son transfert, l'adolescent a été retrouvé inconscient, son corps gisait par terre. Le jeune homme est décédé quatre jours plus tard à l'hôpital.

Soutien au personnel et aux jeunes

Lundi, le directeur général du Centre jeunesse de Montréal, Jean-Marc Potvin a émis un communiqué à l'interne pour informer tous les membres du personnel de la triste nouvelle.

«Je souhaite en premier lieu offrir aux parents et à la famille de l'adolescent nos plus sincères condoléances», peut-on lire.

Cette tragédie ébranle l'ensemble du personnel et les jeunes qui ont connu la victime. «Tous les efforts sont actuellement portés vers le soutien psychologique des jeunes et du personnel touché par cet événement», explique Julie Grenier, coordonnatrice du Centre jeunesse de Montréal.

«Les jeunes hébergés au Centre jeunesse sont des êtres extrêmement vulnérables et de tels drames rendent leur situation d'autant plus délicate.
Le suicide peut facilement devenir une «maladie contagieuse», surtout lorsqu'on traite avec des personnes vulnérables», ajoute-t-elle.

Enquête à l'interne

En plus de l'enquête du coroner, la tragédie amènera l'organisme à réaliser à l'interne un examen des pratiques (mensonges mensonges, l'organisme est conscient qu'il opère une forme de torture sur ces enfants, mais continue tout de même !) afin de mettre en perspective tous les événements ayant mené à la tragédie. Le Centre jeunesse de Montréal n'a pas vécu un tel drame depuis huit ans.

Puisque l'adolescent a reçu rapidement son congé de l'hôpital Saint-Luc quelques heures après une première tentative de suicide, le Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM) va tenter de comprendre ce qui s'est passé. «On va revoir le cas sur le plan médical», affirme Lucie Dufresne, conseillère en communication du CHUM.

«Depuis les dernières semaines, il était très angoissé»

Depuis l'âge de trois ans, l'adolescent a été trimbalé dans une quinzaine de familles d'accueil. Sa mère adoptive étant très malade, il demeurait dans des centres jeunesse depuis un an et demi. «À l'approche de ses 18 ans, il était très anxieux à l'idée de quitter obligatoirement le centre jeunesse, il ne savait pas où aller et quoi faire de sa vie», raconte un proche. Aux dires de sa famille, le jeune homme n'avait pas de problème de toxicomanie ni d'alcool. «Il était très calme, il adorait la planche à roulettes et le basket-ball».