Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Une autre catastrophe signée DPJ

Le corps de Martin Houle a été retrouvé sans vie

Drame familial à Saint-Edmond. Mardi, vers midi, les enquêteurs de la Sûreté du Québec ont retrouvé le corps de Martin Houle, âgé de 37 ans. La dépouille gisait dans un boisé situé à environ un kilomètre du foyer d’incendie qui a coûté la vie à deux de ses trois enfants.

Caroline Lepage

Publié le 3Mai 2011

http://www.journalexpress.ca/Actualites/Faits-divers/2011-05-03/article-2474362/Le-corps-de-Martin-Houle-a-ete-retrouve-sans-vie/1

Des marcheurs ont fait la macabre découverte de ce corps inanimé, qui portait visiblement des traces de blessures et de brûlures. Ces éléments permettent de faire un lien cohérent entre la mort de ses enfants retrouvés calcinés dans la camionnette qu’il aurait abandonnée, en flammes, et son propre décès.

La Sûreté du Québec continuera son enquête pour déterminer si la mort de Martin Houle est causée par l’incendie ou par des blessures qu’il se serait infligées par la suite.

Les informations tendent à démontrer qu’un double meurtre suivi d’un suicide est au cœur de cette tragédie.

Selon des proches, M. Houle éprouvait de graves problèmes financiers et personnels qui perduraient depuis sa rupture avec la mère de ses enfants.

L’homme de 37 ans s’était fait confier la garde de ses trois jeunes par la Direction de la protection de la jeunesse, qui jugeait que la mère aurait pu mettre la sécurité des enfants en danger.