Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

VITE une enquête publique sur la DPJ

VITE une enquête publique sur la DPJ

Depuis le documentaire de Paul Arcand, Les Voleurs d’enfant, sorti en 2005, les choses ont-elles évolué au sein de la DPJ ? Qui sait. À l’époque, le directeur de la DPJ au Saguenay avait dit, grosso modo, qu’il valait mieux ne pas trop parler de ces choses-là car les gens pourraient perdre confiance dans le système et faire moins de signalements. Il invitait les gens à ‘faire confiance au système’, rapportait Le Devoir.

LE BLOGUE DE LISE RAVARY

- 13 FÉVRIER 2013

http://www.journaldemontreal.com/2013/02/13/vite-une-enquete-publique-sur-la-dpj

Difficile d’accorder une confiance aveugle à un organisme aussi fermé, aussi hermétique que la DPJ.

UN ÉTAT DANS L’ÉTAT

Faites une recherche sur Google avec les mots ‘enquête sur la DPJ’. En fait, ne perdez pas votre temps, je l’ai fait. Ça ne donne rien. Y’en a pas d’enquêtes sur la DPJ. La Direction de la protection de la jeunesse du Québec, c’est un État dans l’État. Un État quasi-stalinien, bureaucratique, idéologique, dans un État mou.

Le Québec n’est pas fou de ses enfants, le Québec se fout de ses enfants.

C’est comme si le fait d’avoir le mandat de protéger les enfants accordait à la DPJ une aura de sainteté qui la mettait à l’abri de toutes questions sur la place publique. Des enfants qui meurent (Lauréalie, Anaïs et Loic à Drummondville, Rébecca Lévesque dans un centre jeunesse), des appels à l’aide non entendus (les filles Shafia, les enfants confiés à Langis Malenfant, un bourreau qui porte bien son nom), des décisions insensées pour le commmun des mortels mais pas pour les lologues instruits de la DPJ (imposer à une fillette de vivre une semaine sur deux avec son agresseur sexuel, forcer une autre fillette à voir son père qui l’a violée une fin de semaine sur deux). La liste est longue et probablement encore plus longue qu’on ne le croit car une enquête journalistique sur la DPJ, c’est à toutes fins pratiques impossible. À moins de l’infiltrer.

L’omerta est cimentée par la loi sur la confidentialité. Nécessaire pour protéger les mineurs dit-on. Je comprends cette notion, plus que valable, mais il faudrait peut-être se demander si le silence aide les victimes au final.

QUI DIT VRAI ?

Dans la foulée du meurtre des trois enfants de Sonia Blanchette à Drummondville, la plupart des journalistes ont reçu des appels et des courriels de parents frustrés qui voulaient raconter leur petite histoire d’horreur au sujet de la DPJ. J’en ai écouté quelques unes. La majorité venaient de mères démolies parce qu’elles avaient perdu la garde de leurs petits. Qui n’avaient rien fait du tout pour mériter cela, que la voisine cherchait à se venger en faisant des signalements bidons.

Peut-être. Et je compatis.

Soyons clairs: il doit certes y avoir des erreurs, de la négligence, du travail mal fait, mais je veux croire que la DPJ ne retire pas des enfants à leur famille sans raison valable. Le commérage de quartier ne suffit pas. Mais comment savoir où se situe la vérité ? Le parent lésé raconte son histoire mais il n’y a personne pour la confirmer, à moins qu’on ne se retrouve avec une cause au criminel.

Mais ce qui m’inquiète encore plus, ce sont les cas d’enfants qu’on laisse dans des environnements à risque.

UN BOURREAU ORDINAIRE

Prenons le cas du bourreau de Sainte-Françoise, Langis Malenfant, responsable d’une maison d’accueil. Il a été trouvé coupable hier de sévices graves sur deux enfants qui lui avait été confiés par la DPJ, de 2001 à 2005. Ils dormaient dehors au froid, ils recevaient régulièrement la strappe, portaient des sous-vêtements souillés. On les a même forcés de décaper une porte avec leurs ongles.

Or, la DPJ avait retiré le permis de famille d’accueil à ce monstre à DEUX reprises. Mais il le lui avait été redonné parce que c’était ‘une bonne personne’.

Les enfants, rapporte le Journal, ont raconté ce qu’ils vivaient à leur enseignante et auraient porté plainte à plus d’une reprise à leur travailleur social, qui avait fini par demander de ne plus le déranger avec ça.

La DPJ n’a pas cessé pour autant de confier des enfants à cet homme. De 2001 à 2010, il a eu le champ libre, convaincu qu’il ne faisait que corriger des enfants turbulents. Comment une telle chose peut-elle arriver dans un petit village de 479 habitants sans que personne ne sache ce qui se passait ? On nous prend vraiment pour des crétins. Cet homme a hébergé des enfants pendant neuf ans !

J’écris ces lignes et j’en ai l’estomac et la gorge noués.

QUI PARLE POUR LES ENFANTS ?

J’ai déjà trouvé l’ex-juge Ruffo un peu exaltée. Je m’en repens. Il nous faut une passionnara des enfants, une folle finie des petits, une croisée de la cause la plus importante qui soit, la défense et la protection des plus vulnérables, les enfants.

Quelqu’un qui SAIT ce qui se passe dans le système, qui connait les moindres coins et racoins de la protection de la jeunesse au Québec. Et de la loi qui l’encadre Et qui gueule. Et gueule encore. Dénonce. Répare. Jusqu’à ce que des enfants confiés aux soins de l’État arrêtent de souffrir et de mourir.

J’AI FAIT UN SIGNALEMENT

J’ai fait un signalement dans ma vie. La petite fille de six ans d’une voisine portait des marques de brulûres sur les mains. Je lui ai demandé ce que c’était. Sa mère la brûlait avec des cuillers qu’elle faisait chauffer sur la cuisinière, m’a-t-elle dit, en toute candeur, comme si c’était normal.

J’ai appelé la DPJ sur-le-champ. Que s’est-il passé ? Rien du tout. J’ai fini par savoir que l’enseignante de la fillette, et de ma fille, avait aussi signalé le cas et s’était fait dire que c’était culturel, qu’on ne s’en mêlait pas. Et que le père, un mafieux iranien, caïd de l’importation de l’héroïne à Montréal, avait menacé tout le monde dans le dossier. ‘Mêlez-vous de vos affaires, ou il pourrait vous arriver des malheurs.’

Le père a fini par être expulsé du Canada mais la mère est restée ici avec ses enfants. La famille est disparue dans le décor.

Cette histoire remonte à plusieurs années. Jusqu’à l’affaire Shafia, je me suis réconfortée en me disant que les moeurs avaient sans doute changés à la DPJ. Que l’argument culturel avait été évacué du manuel d’intervention. Éternelle optimiste, je me suis dis que la DPJ avait compris que la souffrance d’un enfant ne se justifie jamais par des arguments culturels.

L’ASPHALTE AVANT LES ENFANTS ?

Et puis j’apprends qu’un monstre bien de chez nous a martyrisé des enfants dont il avait la charge, pendant neuf ans, dans un village de 500 habitants. Et que personne n’a rien fait. Battre des enfants, c’est culturel au Québec ?

Et dire qu’on regarde d’en-haut la culture des autres. Alors qu’Aurore continue de vivre parmi nous.

Vite une enquête indépendante. Un ombudsman. L’asphalte, le béton et l’argent, c’est grave. Mais jamais aussi important que la vie d’un seul enfant.