Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Vivre l'injustice

Le courier de Louise Deschatelets

journal de Montréal/samedi 27 mars 2010

J’aimerais ajouter mon point de vue à celui de la dame qui disait vivre une grande injustice de la part de la DPJ. Cet organisme prend plaisir selon moi à abuser de la loi au détriment des familles québécoises qu’elle exploite honteusement à son seul profit financier et ainsi remplir les coffres de son fonds de retraite doré. Quand vous dites Louise que la DPJ n’a aucune raison valable pour forcer cette personne à se taire, je vous répondrai qu’elle en a une excellente qui repose sur la prémisse que moins on en sait sur les dossiers qu’elle traite, plus elle peut exploiter le système. C’est très payant de garder un dossier vivant le plus longtemps possible. C’est pourquoi ils maintiennent nos enfants dans leurs griffes jusqu’à dix-huit ans pour ensuite les jeter à la rue. Après avoir brisé leurs racines biologiques et familiales, ils en font des orphelins éternels et de futurs délinquants. Si vous ne me croyez pas, ça veut dire que vous êtes aussi pire que les fonctionnaires mythomanes qui dirigent cet organisme. C’est à croire que l’État québécois ne nous pense même plus aptes, nous les parents, à prendre soin de nos enfants. Le plus beau cas de cette dérive n’est-il pas celui des Enfants de Duplessis? Faites enquête auprès des familles dont les enfants sont pris en charge par la DPJ. Vous verriez dans quel merdier nous sommes. C’est une farce de dire à cette femme de porter plainte devant le Tribunal de la Jeunesse alors que tout le monde sait que dans 95% des cas, les juges vont rejeter la cause ou ignorer les preuves. Les seules paroles prises en compte sont celles de la représentante de notre enfant et du responsable du centre jeunesse de la sacro-sainte DPJ. Une honte!