Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

Choix de langue

Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

Un père de famille désespéré se fait justice lui-même

Attaque au couteau à l'aide à l'enfance

La sécurité des travailleurs de la Société d'aide à l'enfance de Windsor est remise en question.

Jeudi, une employée de l'organisation s'est fait poignarder dans le stationnement de l'édifice. Alertés par les cris, deux travailleurs de la construction sont intervenus et ont poursuivi l'agresseur, qui est entré dans les locaux de la Société.

Les mesures de sécurité avaient été déclenchées, mais, dans la cohue générale, l'homme a pu se rendre dans la salle de visite des familles. Les travailleurs de la construction l'ont finalement maîtrisé.

La victime, une femme de 40 ans a été grièvement blessée, mais on ne craint pas pour sa vie.

www.radio-canada.ca/regions/Ontario/2010/03/19/007-attaque-aide-enfance.shtml

Un homme de 36 ans, Donald James, est accusé de tentative de meurtre.

La sécurité en question

Cette attaque soulève de nombreuses questions: les mesures de sécurité ont-elles fonctionné? Étaient-elles suffisantes?

La porte-parole de la Société d'aide à l'enfance de Windsor-Essex, Tina Gatt, assure que la procédure a été respectée. Mais elle signale que l'agression entraînera une révision des règles et des procédures de sécurité.

De son côté, le Syndicat de la fonction publique, qui représente les travailleurs, se dit inquiet pour la sécurité de ses membres.