Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

La DPJ système d'esclavage étatisé

La DPJ se fout totalement des lois, car lorsque le cirque juridique, dit cour de la jeunesse, leur transfert un enfant, elle s’en considère propriétaire, puisqu’ils ne sont tenu à aucune obligation et ont la prérogative d’abuser des droit de la famille en fonction de la loi d’exception qui les a créé et leur donne tous les pouvoir et ne prévoit aucune autre alternative.

La loi dite de la jeunesse ne vise pas le bien être de l’enfant, mais les droit incontestable de répression de la DPJ contre l’enfant non délinquant ou son parent.

Ce qui a pour effet que même s’ils sont ceux qui compromettent le développement de l’enfant et même gravement, la loi dit que l’enfant doit leur être livré.

Puisque le parent n’est plus que le cochon payeur d’une rançon et interdit d’hébergement de leurs enfants sous menace d’accusation criminelle de rapt de leur enfant, ce sont des milliers d’enfants volés, en fugue de leur tortionaires dit protecteurs, qui doivent se débrouiller seuls sans ressource et n’ont pour seule alternative que d’adérer au système criminel qu’on les a forcé à cotoyer en centre jeunesse.

Beaucoup moureront dans l’anonymat le plus total et souvent à l’insus de leur parent contre qui le centre jeunesse cachera toute information en se rabattant sur le fait que le jeune ayant plus de 14 ans et ne pouvant plus donner son autoirisation.

Oui les centres jeunesse et leur pendant juridique la DPJ opèrent un véritable crime contre l’humanité. Je me permet de vous rappeler que c’est Pauline Marois et son frère Pierre qui ont mis en place cette arnaque. Ce fesant Pierre s’est créer un poste très payant de directeur de la commission du droit de la personne et de la jeunesse.

Ce qui a pour effet qu’au mieux la demande d’aide sera rejeté ou se retournera contre le parent puisque la vision du meilleur intérêt de l’enfant sera toujours ce qu’en aura décidé ses nouveaux propriétaire le centre jeunesse. On parle bel et bien ici d’esclavage autorisé, car l’enfant sera agressivement interdit de toute prise d’autonomie. Il n’est plus qu’un numéro de dossier pour ses kidnappeurs institutionnels. La seule alternative est dans la fugue qui sera controlé par le centre jeunesse et les contacts délinquants qu’il imposera !