Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Les jeunes sans-abri victimes des services de protection de l’enfance

Les jeunes sans-abri sont souvent passés par les services de protection de l’enfance

TORONTO | Près de trois jeunes sans-abri sur cinq ont eu affaire aux services de protection de l’enfance au Canada, montre une étude réalisée par l’organisme le Rond-point de l’itinérance et publiée mercredi.

AGENCE QMI, 

http://www.journaldemontreal.com/2017/08/10/les-jeunes-sans-abri-sont-souvent-passes-par-les-services-de-protection-de-lenfance

Selon l’étude, 57,8 % des jeunes sans-abri ont été en contact avec des organismes comme le Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ).

«Cette découverte devrait fâcher la population. Elle laisse croire que nous manquons à notre obligation de protéger et prendre soin des enfants et des jeunes au Canada», a déploré Naomi Nichols, professeure spécialisée dans la jeunesse et l’itinérance à l’Université McGill, dans un blogue publié sur le site du Rond-point.

Les autochtones sont aussi surreprésentés parmi les jeunes, tant en matière de prestation de services auprès d’organisme de protection de l’enfance que chez les jeunes itinérants.

Même constat du côté des jeunes issus de la communauté LGBTQ et des jeunes «racisés», ont noté les chercheurs.

«Structurellement et systématiquement, les institutions pour les jeunes et le gouvernement canadien ont été incapables de faire en sorte que tous les jeunes vivant au Canada aient accès à la justice [...] et aux choses essentielles à la survie: nourriture saine, eau potable, logement adéquat et sécuritaire et accès aux soins de santé, incluant ceux nécessaires au bien-être mental», a dénoncé Mme Nichols.