Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

Choix de langue

Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

Que faire pour réveiller la populace

QUE FAUDRA-T-IL FAIRE POUR RÉVEILLER LA POPULACE ET NOS ÉLUS ?

L’erreur de Chantal Mino est la même que le public en général qui croient à tord, qu’on a au Québec la meilleure loi et le meilleur système de protection de l’enfance et que seul certains intervenants et complices sont répréhensible, alors que c’est l’inverse qui est la réalité. La prétention de service aux parents, en fonction de la rémunération de l’entreprise qui ne se fait qu’en fonction des enfants détenus pour plus d’un mois, le premier moi étant à la charge de l’entreprise.

L’offre de d’aide, conseil et assistance à la famille deviendra donc l’arnaque suprême pour s’emparer des enfant. De plus, puisque la loi interdit au système d’entrer dans la vie d’une famille apte à prendre soin de son enfant, l’aide proposé sera rapidement transformé en signalement. La réaction financière de l’entreprise visera donc à transformer toute demande d’aide légitime en signalement qu’elle s’empressera de judiciariser pour se garantir la détention de l’enfant pour plus d’un mois. L’entreprise s’empressera de multiplier les transferts d’intervenant qui seront orienté et dirigé par un logiciel de gestion opérant par mots clé, visant à assurer la garanti de détention à majorité ou d’adoption pour les bébés. À partir de là toute dénonciation d’erreur ou de mauvais services devient étiqueté de refus de collaborer et de là sujet à représailles.

Les gens intègres seront rapidement dégoûtés d’une telle façon de faire et quitteront l’entreprise, alors que les crapules et pervers y seront vu comme exemplaires et s‘auto-multiplieront. De là perversion exponentielle d’une entreprise qui se devrait d’être très humanitaire, mais qui se révèlera purement mafieuse de par son protocole d’intervention orienté unique ment sur l’enlèvement d’enfants et sa détention forcée jusqu’à 18 ans, où il sera largué à la rue comme plus de 5,000 autres à chaque année. Incapable d’autonomie, coupé de tous lien familiaux et ayant pour seule ressource de s’associé avec un jeune délinquant hébergé dans la même ressource et pour qui un système de réinsertion et de logement est prévu ou d’aboutir dans le milieu du sexe auquel l’éducation reçu et ses fugues obligés l’auront graduellement préparé.

Nos jeunes, notre futur ne mérite-t-il pas beaucoup mieux. Le Québec se dit fou de ses enfants, mais pourtant par ses systèmes publics, les rend fous, ainsi que leurs parents, dont de plus en plus en arrivent, en désespoir de cause, à commettre l’irréparable et à mettre fin à toute la famille. Les meurtres familiaux progressent de façon exponentielle. Réveillons-nous !

QUE FAUDRA-T-IL FAIRE POUR RÉVEILLER LA POPULACE ET NOS ÉLUS ?