Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

Choix de langue

Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

Mise a la rue

La vie après les centres jeunesse

Cynthia Tanya, la soeur de Cynthia

http://www.radio-canada.ca/actualite/v2/enjeux/niveau2_4337.shtml

Cynthia avait six ans lorsque sa mère toxicomane l’a abandonnée. Elle a passé son enfance dans des familles d’accueil et des centres jeunesse. À l’été 2004, elle vit au centre de réadaptation Notre-Dame de Laval (NDL). Elle va bientôt avoir 18 ans et elle ne rêve que d’une seule chose: quitter ce qui pour elle est une prison et voler de ses propres ailes. À la fin de l’été, Cynthia laisse enfin les murs protecteurs du centre jeunesse. Pendant plusieurs mois, une équipe d’Enjeux a accompagné Cynthia dans ses premiers pas vers l’autonomie.

Enfin libre!

Une Cynthia euphorique quitte le centre jeunesse, laissant derrière elle son enfance et sa jeune sœur, Tanya, qui vit, elle aussi, à NDL. Cynthia rêve de ce moment depuis longtemps. Des mois de préparation, d’attente et d’impatience culminent aujourd’hui. Pour la première fois, elle va vivre sans les balises encombrantes, mais rassurantes, des éducateurs: « Pour moi, c’est la journée où commencent les responsabilités. Il faudra payer les comptes, mais, en même temps, ça va m’amuser. Ne pas avoir une heure pour rentrer, ne pas avoir quelqu’un qui me dit quand je dois prendre ma douche. […] Je suis libérée. Je suis heureuse. »

De gauche à droite: Cynthia quitte NDL, Cynthia fait sa première épicerie, conseillée par Philippe, Cynthia et son copain, Laurent, Cynthia au travail


L’équipe d’Enjeux assiste aux premières heures de liberté de Cynthia: le déménagement dans un petit appartement, la recherche d’électroménagers, la première épicerie.

Les préparer à affronter la vie

Lorsque les jeunes des centres jeunesse ont 18 ans, ils doivent prendre leur vie en main. Ainsi, chaque année, ils sont 5000 à quitter les centres. Certains d’entre eux sont complètement livrés à eux-mêmes, comme Cynthia. Pour les aider, les centres jeunesse ont monté le projet-pilote « Qualification des jeunes ». Quelque 80 jeunes, dont Cynthia, ont le soutien d’un intervenant pour la transition vers l’autonomie. Dans son cas, Cynthia peut compter sur Philippe pendant toute l’année suivant son départ du centre jeunesse. Il sera là pour la soutenir et la conseiller. Une des priorités de Philippe: convaincre Cynthia de compléter ses études secondaires. Surtout que Cynthia caresse le rêve de devenir pédiatre.

La dure réalité
Notre équipe retournera régulièrement visiter Cynthia. La jeune femme se débat avec ses nouvelles responsabilités, et ce n’est pas toujours facile. Son amoureux, Laurent, s’est installé chez elle. L’école, les boulots précaires, les factures à payer. Sans compter que c’est Cynthia qui fait vivre le couple. Elle s’inquiète aussi pour sa jeune sœur, Tanya, qui fugue de plus en plus souvent.

Cynthia arrivera-t-elle à devenir autonome? Est-elle suffisamment préparée à faire le grand saut dans la vie adulte? Quelles sont ses chances de s’en sortir?

Journaliste: Sylvie Fournier
Réalisatrice: Anne Sérode

[Regardez le reportage (1ère partie)]
spacer.gif
[Regardez le reportage (2e partie)]
spacer.gif
[Regardez le reportage (3e partie)]
spacer.gif
[Regardez le reportage (4e partie)]

Cynthia, la vie après la DPJ (suivi)

http://www.radio-canada.ca/actualite/v2/enjeux/niveau2_11079.shtml

Page suivante: mon histoire d'horreur avec la DPJ