Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Mère de 4 magnifiques garçons

Je suis mère de 4 magnifiques garçons âgés de 14, 8, 7 et 4 ans. Je vous écris pour raconter mon histoire avec la DPJ.

Le père de mes enfants décide en janvier 2015 de nous quitté 8 mois avant notre mariage, il est parti avec une autre femme qui celle-ci se disait mon amie, le plus jeune des garçons avait 14 mois et heureusement nous habitions la même ville, ayant plusieurs amis alors plus de yeux et d’oreilles.

Et c’est à ce moment que tout dérape, cette soi-disant amie en question, que nous avons hébergé pour quelques temps, ne savait pas comment on pouvait tout gérer avec 4 garçons. Elle disait que ça bougeait trop et qu’elle n’y arriverait jamais et aime pas assez les enfants pour ça. Alors 1 fin de semaine sur 2 le père vient chercher les garçons et les emmène chez elle vu qu’il habitait déjà avec, ceci a durer 1 an et demi, pour cette durée j’ai téléphoné 3X la police et la DPJ car ils criaient, frappaient et dénigraient mes garçons, les garçons ne voulaient plus y aller. Ce n’était pas un environnement saint .  Ma mère devait être la à leur retour le dimanche ainsi que le plus vieux de mes fils, car le plus jeune était inconsolable, je m’efforçais et travaillais fort pour le mettre propre et il revenait toujours avec une couche trop petite aux fesses, il ne respectait rien de notre routine établi, il a fait beaucoup de négligence envers eux (déshydrations, brûler par le soleil, couche aux fesses avec selle séché qui cause bcp rougeur qui faut soigner, des bleus)  et ils avaient un appartement trop petit pour les recevoir.

L’avant dernier de mes signalements une travailleuse sociale que je vais nommer Mme.R, essaie de tout faire a ce moment la pour me retirer mes garçons mais ne réussit pas, elle ferme le dossier en me menaçant que c’était pas fini, que si je voulais que le dossier reste fermer fallait que je me plie à ses exigences et que si elle recevait un signalement même non fondé, qu’elle retirerait mes garçons et les enverrait en foyer d’accueil et ce, peut importe la raison. Une section du CLSC dénonce le fait qu’elles n’ont pas le droit d’obliger un programme qui est mit en place sur une base volontaire.

 Quelques mois plus tard, en décembre 2018, le dossier en question s’ouvre une fois de plus,  je reçois un téléphone de mon avocate, me disant que le procès est suspendu à cause d’un signalement de la DPJ fait le 4 décembre 2018.  Janvier 2019 toujours pas de nouvelle de la DPJ, mon avocate me suggère de leur téléphoner pour savoir ce qu’il passe, ce que je fais et on me transfert à la TS Mme.R et je continu de lui dire que le père fait encore des négligences envers eux, elle me répond ceci : Ouin Pis! ça l’empêche d’être un bon père et de s’occuper d’eux.

Sur ce, je lui mentionne que je vais faire une plainte au bureau du commissaire et, mystère quelque temps après elle se retire du dossier,  mais naturellement d’autres TS reprennent le dossier Mme. B et Mme. N avec les notes que Mme. R. Première rencontre avec les nouvelles TS Mme. B et Mme. N, elles me demandent de raconter toute l’histoire. Je leurs emmène des preuves qui sont des photos et que j’ai des témoins pour confirmer mes dires et elles les ont refuser et la, par surprise, me disent que je suis responsable de l’irresponsabilité parentale du père des enfants, j’étais sous le choc une fois de plus.

Les semaines passent, je continu tout de même à gérer tout ça, en apprenant que ma mère a un cancer du sein qui habitait avec moi à ce moment au printemps 2018, elle fait de la chimio trop fatiguant pour elle d’être avec nous elle part, beaucoup problèmes d’entente avec le proprio je déménage ayant pas trouvé moins cher, je suis a bout de ressources pour nous loger je trouve un haut de maison à St-lin mais encore plus cher, ayant plus ma mère à la maison pour garder cet été la , mon fils le plus vieux (qui lui est conçu d’une autre union) prend la relève, mais malheureusement rien ne va, pas assez responsable, j’ai eu plusieurs discussion avec lui et il décide de toujours garder, mais en vain nous avons eu cette fois-ci une grosse altercation étant tous 2 TDAH, ça exploser et s’en est allé vivre chez son père . Obliger d’abandonner mon emploi car je ne gagnais pas assez pour me payer une gardienne et donc aussi plus assez pour payer cette maison.  

Fin Août arrive, c’est la rentrée des classes, les TS décident qu’elles iraient voir mes garçons sur les heures de classe, tout en me menaçant, harcèlement et dénigrent de mes garçons, ils revenaient à la maison en pleurant, car elles les traitaient de menteurs, c’est l’enfer !!! Mes garçons se faisait harceler par d’autres élèves à l’école, car ils sortaient durant les classes. Alors, j’ai demandé et après, j’ai exigé que mes garçons soient accompagnés d’un autre adulte que la DPJ, lors des rencontres à l’école chaque semaine et ça m’a été refusé, elles disaient que j’étais chanceuse, car elle me téléphonait par politesse avant chaque rencontre et qu’elles n’avaient pas besoin de ma permission pour rencontrer mes garçons et que je n’avais pas le droit de faire une telle demande.

Le 29 octobre2018 je refuse qu’elles aillent voir les garçons à l’école, puisqu’elles refusent que mes garçons soient accompagnés d’un autre tiers personne, alors je décide d’aller les chercher pour faire valoir leur droit. On passe une très belle après midi qui fut la dernière, devant un film tranquille. Soudain, ça sonne à la porte, c’est la SQ m’annonçant qu’ils viennent retirer mes garçons sous les exigences des TS qui les accompagnent, et là, je les aperçois dans leur voiture de l’autre côté de la rue. Je téléphone immédiatement à mon avocat, la secrétaire me met en attente !! Mon bébé prit de panique me tend les bras pour que je le prenne, et la, BANG!! On me traite comme une criminelle !! On me jette par terre les menottes aux poignets, mes garçons pleurent et s’attaquent aux policiers et les TS toujours de l’autre côté de la rue on me traîne dehors de force à moitié nue, car ils m’ont presque tout arracher en me traînant en me donnant des coups, car naturellement je ne me laissais pas faire. Les TS rentrent dans la maison durant je suis dehors menottée en T-Shirt, pantalon et en chaussette sous la pluie. Je finis un peu par me calmer pour pouvoir dire au revoir a mes enfants  les escortant dans les voitures des TS, elles étaient 3 les garçons tous séparés, et de plus fallait que je fournisse les bancs d’auto car elles en avaient pas.

Suite à ça, la SQ fait venir un intervenant mobile en situation de crise et celui-ci a demandé des excuses de la part de la SQ à mon égard, suite a cette intervention, que je ne méritais pas un tel sort et je n’ai nul besoin d’un psychiatre que j’avais tout simplement besoin d’aide et soutien maintenant pour pouvoir récupérer ma famille.

Monsieur, dans quel monde on s’en va !! je ne suis pas parfaite c’est clair !! Mais en aucun cas mes enfants étaient en danger avec moi, tout mon entourage n’en croit pas leurs yeux tout ce que je demandais, c’était de l’aide auprès de mes enfants, pour leur sécurité. Je pourrais vous en raconter encore et encore.

Menaces, Fausses accusations, abus de pouvoir, acharnement, harcèlement, faux témoignage, fabulation, mensonges, refus de voir mes preuves, non remise des documents légal, enlèvement d’enfants pure et simple.

Après cette suite, je devais aller voir mes enfants sous supervision 1 fois semaine ou quinze jours, durant 1heure et demi de temps et les garçons confier à leur père de qui je voulais les protéger. Aucun droit spécial pour l’anniversaire de mon bébé, pour Noel, jour de l’an, semaine de relâche, ils exigent à mes parents de ne pas rentrer en contact avec moi, quand ils ont les garçons, un de mes fils hospitalisé et le père ne m’en a pas fait part.

J’ai arrêté les visites supervisées, car les garçons en pouvaient plus et moi non plus, je pouvais même plus les accompagner aux toilettes, plus le droit d’être seule avec eux, la supervision dans la même pièce, en arrière du miroir et on m’a prolongé ça encore 9 mois de temps. Une chance que c’était provisoire! Mes garçons me réclament de les voir seuls, mais les TS ont toujours refusé et ils disent qu’elles sont là pour le bien-être des enfants, qu’elles sont a l’Écoute. En aucun cas, elles ont écouté les demandes des garçons.

Merci de m’avoir lu, ceci est juste une petite partie de ce dont j’ai vécu, mes enfants, ainsi que mes proches, et que je continu à subir, car entendre les dires de leur père les garçons ne vont pas bien côté santé depuis ce temps.