Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Comment décontaminer son épicerie

Même si le risque est mince, on peut faire pénétrer la COVID-19 dans son domicile par des produits d'épicerie. Mais la bonne nouvelle, c'est qu'il est assez facile de désinfecter efficacement ses victuailles grâce à du simple savon à vaisselle.

Par : Érik Chouinard, le 25 mars 2020

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1687727/covid-19-coronavirus-epicerie-decontamination-aliments-produits-savon?fbclid=IwAR2Iov0fcHQjxAXNEL3OxfwSruTZeFTCs0nGWugVk1bSTW7v1-qGHmL_q94

Les scientifiques ne sont pas encore certains de la durée d'infectiosité du coronavirus responsable de la COVID-19 sur les surfaces. Une étude allemande(Nouvelle fenêtre) mentionne une durée de vie allant jusqu’à neuf jours, alors qu’une autre(Nouvelle fenêtre) indique plutôt de 24 heures sur le carton et trois jours sur le plastique et l’acier inoxydable.

Ce n’est pas encore prouvé qu’on pourrait s’infecter en mettant la main sur quelque chose de contaminé et en portant ensuite notre main au visage, mais c'est tout à fait possible, précise le chimiste et professeur de chimie à l’Université Laval, Normand Voyer. C’est pour cette raison que les surfaces sont désinfectées dans les transports en commun ou sur les escaliers roulants, par exemple.

Ainsi, selon le professeur, nettoyer l'épicerie ou tout autre objet qu'on apporte à la maison semble une bonne habitude à prendre.

Le chimiste Normand Voyer dans les studios de Radio-Canada à Québec.

Le chimiste Normand Voyer

PHOTO : RADIO-CANADA / VALÉRIE MARCOUX

Ce que je fais moi-même en arrivant avec mon épicerie, c’est de premièrement tout placer au même endroit. Ensuite, je me lave les mains, je mets de l’eau savonneuse dans mon évier et je prends un linge pour frotter tout ce qui est emballage et conserve, explique le chimiste.

Pour les fruits et légumes et tout ce qui n’est pas emballé, la procédure est similaire. Il suffit de finir le lavage et le frottage à l’eau savonneuse avec un rinçage à l’eau claire.

Pour le carton, comme le virus n’y demeurerait infectieux que pour 24 h, le professeur recommande de simplement laisser les articles avec des emballages de carton sur le comptoir une journée avant de les ranger.

Le savon, le pire ennemi du coronavirus

Selon Normand Voyer, il n'est pas du tout nécessaire de passer son épicerie à l’eau de Javel pour la désinfecter. La chance dans notre malchance, c’est que le coronavirus est un virus qui est assez facile à détruire, soutient le chimiste.

La coquille qui protège son matériel génétique est maintenue ensemble par des substances qu’on appelle des phospholipides, ajoute-t-il. Cette colle moléculaire, telle que le décrit le chimiste, se fait facilement dégrader par le savon.

Une bonne eau savonneuse fait le travail en brisant la particule virale et en la rendant ainsi non infectieuse, poursuit Normand Voyer.

Ainsi, le savon à vaisselle demeure la meilleure option. Les produits spécialisés en vente libre destinés à nettoyer les fruits et légumes n’ont souvent pas les ingrédients nécessaires pour dégrader ces virus; ils servent surtout à se débarrasser des particules de pesticides, selon le professeur de chimie.

Le froid ne serait pas non plus une bonne stratégie pour décontaminer son épicerie.

Ce que l’on sait des coronavirus du passé, c’est que, plus on les refroidit, en les mettant au frigo par exemple, plus ils restent infectieux longtemps, explique le chimiste. Il ajoute que dans le congélateur, ce type de virus pourrait même demeurer infectieux pendant deux ans.

Se laver les mains et rester chez soi

La Dre Cécile Tremblay, microbiologiste au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), précise que le risque de se contaminer avec des produits achetés en épicerie n’est pas connu.

Pour les fruits et les légumes, c’est toujours une bonne idée de les laver, mais il ne faut pas non plus virer fou. Le plus important, c’est de se laver les mains après avoir manipulé des choses et des objets, insiste-t-elle à l’émission C’est encore mieux l’après-midi.

Ce sont ainsi tout de même les contacts entre les gens qui sont les plus risqués. On sait que la majorité de la transmission du virus se fait par les gouttelettes, des aérosols, qui vont être transportées dans l’air, d’une personne infectée à une autre, relativise Normand Voyer.

Avec les informations de Maxime Denis