Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

Choix de langue

Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

La maladie de Lyme

UN VISITEUR QUI EST LÀ POUR DE BON

À l’état de larve, la tique est minuscule, se déplace peu et grimpe sur de petits brins d’herbe. Là, elle attend qu’un animal la frôle. Aussitôt, elle s’y agrippe et se prépare à prendre son repas. Ses cibles privilégiées sont surtout de petits animaux : des oiseaux, des souris.

La tique qui se nourrit sur une souris infectée s’infecte à son tour. Et une tique infectée est en mesure de donner la bactérie à tous ceux qu’elle piquera dans sa vie.

Il suffit donc de la présence d’une souris infectée et d’une tique pour que le bal des infections commence. C’est actuellement le cas dans le sud du Québec, qui comprend la grande région de Montréal.

La tique qui attend sur son brin d’herbe ne fait pas la fine bouche. Si un humain la frôle, elle s’y accroche. Et si cette tique est infectée, alors la Borrelia se retrouvera dans un nouvel hôte qui aura la maladie de Lyme.

En 2012, dans le sud du Québec, environ 10 % des tiques étaient infectées. Un an plus tard, les analyses de l’équipe de Virginie Millien montrent un taux d’environ

20 %.

​http://ici.radio-canada.ca/special/maladie-de-lyme/#transmetteurs

La tique mord la peau, crée une ouverture et y enfonce son rostre. Cette activité prend plusieurs heures. Elle utilise un anesthésiant pour rendre l’hôte insensible à la morsure.

Une fois son rostre bien ancré dans la peau jusqu’au derme, elle injecte une enzyme digestive qui décompose le tissu du derme et elle aspire le tout. Puis l’opération se répète, agrandissant la poche ainsi creusée sous la peau.

Elle finit par atteindre un petit vaisseau sanguin et y aspire le sang. Ce processus peut durer plusieurs jours. Si une tique est découverte et enlevée 24 heures après qu’elle s’est accrochée à sa proie, il y a très peu de risque qu’elle ait eu le temps d’infecter son hôte avec la bactérie Borrelia.

La science comprend très peu le mode d’action de la bactérie. Il semble qu’elle puisse infecter son hôte sans nécessairement utiliser le système sanguin. Comme un tire-bouchon, elle s’enfonce dans les chairs et peut ainsi atteindre de nombreux organes. Il est parfois difficile de la détecter.

Heureusement, la bactérie est très sensible aux antibiotiques. Si le patient est pris en charge tôt, il est facile de l’éliminer.

Le stade primaire

De trois jours à un mois après la morsure, on note l’apparition d’une rougeur cutanée autour de la morsure dans environ 80 % des cas. Cette rougeur, appelée érythème migrant, peut prendre la forme d’une cible. C’est une réaction du système immunitaire à la progression de la bactérie. On peut noter aussi un mal de tête, de la fièvre, de la fatigue et des douleurs articulaires.

Ensuite, les symptômes se dissipent. À ce stade, la maladie est souvent non diagnostiquée.

Le stade secondaire

Si la maladie n’a pas été traitée lors du stade primaire, des symptômes réapparaissent quelques semaines, ou quelques mois, voire des années après la morsure. Le symptôme le plus courant est l’arthrite. On peut aussi retrouver de la fatigue chronique, des maux de tête, un état dépressif, une paralysie faciale...

Encore une fois, les symptômes finissent par s’atténuer.

Le stade tertiaire

Certains patients non traités ou insuffisamment traités voient apparaître quelques mois ou années après la morsure les mêmes symptômes que le stade secondaire. L’arthrite peut réapparaître, durer plus longtemps et être très sévère. Des complications cardiaques sont alors fréquentes et peuvent même s’avérer mortelles.

En 2013, on a diagnostiqué la maladie de Lyme chez environ 140 Québécois. La moitié l’avait contractée au Québec, l’autre à l’étranger, principalement en Nouvelle-Angleterre

Dans les premières 24 heures, il y a très peu de risque que vous soyez infecté. Cependant, il est recommandé de consulter un médecin. Il y a de fortes probabilités que la tique ne soit pas infectée par la Borrelia.

Dans beaucoup de pays, ces précautions sont devenues courantes. Dans les régions du Québec et du Canada où la maladie est en train de devenir endémique, il faudra aussi que cela devienne une habitude. Et si vous vous promenez dans un boisé aux États-Unis ou en Europe, la prudence s'impose aussi.

La maladie de Lyme doit être prise au sérieux. Comme elle est en train d’émerger, elle est encore considérée comme une maladie rare. Et à cause des symptômes qui varient beaucoup d’un individu à l’autre, il n’est pas toujours facile de la diagnostiquer.

Par contre, elle se traite facilement avec des antibiotiques.

D’ici 2050, la très grande majorité de la population du Québec vivra près d’endroits où la souris à pattes blanches, la tique à pattes noires et la bactérie Borrelia se seront installées à demeure, comme c’est le cas actuellement en Nouvelle-Angleterre.