Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Le Ritalin plus alarmant que jamais

Loin de ralentir, la consommation des médicaments de la famille du Ritalin a explosé au Québec, depuis le début de 2010, une situation jugée «plus alarmante que jamais» par certains experts.

Le Journal de Montréal

Sébastien Ménard
18/05/2010 05h13

http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/actualites/sante/archives/2010/05/20100518-051301.html

Les médicaments de la famille du Ritalin connaissent une popularité croissante, ce qui inquiète plusieurs experts.

En trois mois, de janvier à mars, plus de huit millions de comprimés de méthylphénidate ont été vendus dans la province, selon des données obtenues par le Journal auprès de la firme IMS Health. Il s'agit d'une hausse de 26%, depuis 2007.

Ces médicaments, dont le plus connu est le Ritalin, servent à traiter le trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH), qui est souvent diagnostiqué chez des élèves agités ou éprouvant des problèmes de concentration à l'école.

Si la tendance se maintient, quelque 32 millions de pilules auront été vendues au Québec d'ici la fin de 2010, ce qui éclipsera le «record» de 29 millions, établi l'an dernier.

Le Québec, qui représente moins du quart de la population canadienne, trône encore au sommet du palmarès des provinces, quant au nombre d'ordonnances distribuées pour de tels médicaments.

Mais pour la première fois depuis que le Journal compile ces données, la province supplante l'Ontario relativement au nombre de pilules qui y sont vendues.

Problématique

Ces nouvelles statistiques inquiètent plusieurs spécialistes.

Le docteur en neurosciences Joël Monzée estime que la situation devient «problématique.»

À son avis, trop d'enfants se font prescrire des médicaments de la famille du Ritalin alors qu'ils ne souffrent pas d'un TDAH.

Joël Monzée croit que «le stress vécu par les parents, mais aussi par les enseignants et les professionnels de la santé» est ressenti par bien des enfants, qui réagissent souvent «en bougeant» sans cesse.

«Si l'enfant pouvait décharger son trop plein d'énergie, ça irait mieux, dit l'expert. Le problème, c'est que dans bien des cours d'école, il est interdit de courir.»

«On doit réfléchir au genre de société que l'on veut offrir à nos enfants, insiste M. Monzée. Est-ce qu'on prend le temps d'être avec eux et de les écouter ?» demande-t-il.

Le professeur Gérald Boutin, de l'UQAM, juge que ces nouvelles données révèlent «un problème de fond qu'il faut prendre très au sérieux.»

Il reconnaît que la médication peut être utile chez certains élèves, mais il s'agit uniquement «d'une béquille», selon lui.

«Est-ce qu'on est sûr que le médicament est toujours la bonne chose? lance-t-il. Làdessus, je suis dubitatif. Parfois, le diagnostic est peut-être un peu hâtif. Il y a des choses à faire avant d'en arriver aux médicaments.» M. Boutin souligne notamment que l'on intègre «trop souvent» des élèves éprouvant de grandes difficultés dans les classes dites «régulières.»

Une hausse qui s'explique

La psychiatre Annick Vincent est beau-coup plus nuancée. «C'est correct de se poser des questions, [mais] je ne suis pas sûre qu'on prescrit trop de médicaments», dit l'auteure de Mon Cerveau a besoin de lunettes. Si le Québec se démarque des autres provinces, c'est d'abord parce qu'on y offre «une meilleure couverture d'assurance-médicaments», plaide l'experte.

Annick Vincent croit aussi que les médecins québécois ont une «meilleure compréhension» du TDAH, depuis quelques années.

«On est meilleur dans notre dépistage», fait-elle valoir.

La docteure Vincent reconnaît que «ce n'est pas tous ceux qui souffrent d'un TDAH qui ont besoin [de médication]. Mais souvent, dès que c'est modéré, les autres trucs ne suffisent pas», dit-elle.