Nouveautés


Pages modifiés

  1. Génocide par injection expérimentale
  2. Toxicité de l'injection colvid-19 sur la mère et l'enfant
  3. Les risques de la 5G pour la santé
  4. La mafia médicale
  5. Le grand jury 2022
  6. L'Humanité aux portes d'un nouvel ordre mondial
  7. Nouvel ordre mondial
  8. Vaccin covid-19 attention danger

 

Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels !
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visites par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

Choix de langue

Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

Un décret d'esclavage à peine déguisé

Lorsqu’on lit les principes de base de la loi, on y parle:

1. que l’intervention doit être justifiée,

2. que l’intervenant doit s’assurer de la compréhension des raisons de l’intervention,

3. qu’il apporte aide, conseil et assistance compétente à la famille,

4. qu’il préconise une approche non invasive ou abusive et limité dans le temps, pour ne pas détruire la dynamique familial,

5. de respect du droit de communication confidentielle du jeune avec son parent,

6. Si l’enfant doit être retiré de sa famille, les parents proches doivent être favorisés pour ne pas traumatiser l’enfant, 7 réduire tout déplacement au minimum.

Lorsqu’on étudie les articles de la même loi proposé par l’entreprise monopolistique chargée de fournir le service, aucun article ne les contraints à rendre le service, aucune obligation d’avoir du personnel compétant en relation d’aide, aucune sanction pour non respect de la loi ou du droit de l’enfant, aucun article garantissant le recours aux parents proches, ni leur maintien au dossier, protégé en cas de poursuite d’un parent. Tout y est mis en place pour que tout absence à rencontrer les objectifs soit sanctionné contre le parent.

Des interventions agressives pourront être opérées sur simples oui dire, possibilité très hypothétiques de compromission, enlèvement sur prétention d’évaluation ou de répit, inscription en adoption par fausse représentations, refus de services d’aide par prétention de non collaboration, mise en détention d’enfants non délinquants d‘une durée abusive, violation du droit de contact de l’enfant, médication forcé de l’enfant, délais décrétant le trafic et l’esclavage de l’enfant, ballottement de l’enfant, emprisonnement en milieu délinquant, bâillon juridique.

Rien dans les articles de la loi ne vise l’intérêt de l’enfant et encore moins l‘intérêt de la famille, tout privilégie les intérêts et la gestion de l’entreprise en culpabilisant le parent d‘office.